Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 mai 2014 4 15 /05 /mai /2014 20:21

1. Après sa visite chez les parents de SeN, j'avais senti une gêne chez mon garçon. Sentant que le temps lui était nécessaire pour y mettre de la clarté, je n'insistai pas. Plusieurs semaines après, il passa quelques heures avec SeN lui- même, à l'improviste; je n'en sus rien hormis qu'ils avaient allègrement jasé sur mon dos, en particulier, mon incapacité à me taire ou du moins, mon défaut de trop parler. Il y eut une espèce de cirque et mes fugaces échanges avec SeN furent grotesques, il affichait une ironie,un cynisme outrageux, ne quittait pas un sourire voire un rire tonitruant, amer et acide dans son ton et ses mots; l'important à mes yeux était que mon garçon ait trouvé ce dont il avait besoin et après l'avoir remercié de son accueil ( ce qu'il n'accepta pas sous prétexte que c'était encore trop de paroles), je fus heureuse de quitter ces lieux empoisonnés. Décidément, je ne trouvais rien de sain à vivre ces rares échanges même pas courtois.

Les jours passèrent sans que fiston ne m'en reparlât et je n'y pensais plus quand tout à coup, au hasard d'une conversation légère, il me dit: « Maman, j'ai compris. Je n'y retournerai plus, c'est fini. Je ne suis plus un gamin ». Ce fut un éclatant soulagement.

2. - Et ton chéri? Comment ça va?

- Je ne sais pas. Il travaille beaucoup, par monts et par vaux. Quand il a quelques jours, il rentre régler ses affaires, voit son fils, prépare son nouveau déplacement et repart.

- Il ne t'appelle pas? Ne vient pas te voir?

- Très peu, quasiment pas.

- … Il n'est plus amoureux?

- Amoureux non, mais je sais qu'il m'aime.

- Ah... Vous êtes encore ensemble?

- Je ne sais pas.

- … Vous ne l'êtes plus? … Simplement des amis?... C'est fini?...

- Je n'en sais rien et je ne veux pas mettre de mots dessus. Qu'est- ce que cela veut dire être ensemble? Ne plus être ensemble? Je sais que quand nous nous retrouvons, les échanges sont riches, nous sommes présents l'un à l'autre, vivons ce que nous avons à vivre ensemble. Autrement, chacun vit ce qu'il a à vivre, ailleurs, seul. S'il n'a pas envie de me parler, je le respecte, si je n'ai pas envie de lui parler, il le respecte tout comme nous respectons nos envies subites de causer légèrement, sérieusement. Parfois, il m'appelle simplement pour me dire qu'il est heureux de m'avoir rencontrée car j'ai engendré des changements salvateurs dans sa vie de part mon attitude, mes remarques et paroles, parce que je l'ai accepté tel qu'il est. Évidemment, cet éloignement n'est pas toujours facile car la turbine à mental s'agite régulièrement et je passe par des états variables tout en sachant que c'est du délire, que je n'ai pas à m'y attacher, que ce que je pense ou imagine n'est pas la réalité, ni la sienne, ni la mienne, ni la nôtre, qu'il y a autre chose derrière ces remous du mental et c'est sur ce quelque chose que je me penche afin de mettre de la clarté en moi. Je refuse la dépendance, les attentes, poisons engendrant confusion et frustrations, il n'y a pas à attendre d’un autre qu'il identifie et réponde à mes besoins alors que moi- même je n'en suis pas capable. Il sait et accepte que la place laissée est une porte ouverte à une autre rencontre, je ne la ferme pas sous prétexte qu'il existe. Ne serait- il que de passage pour m'enseigner ce qu'est être en relation, préambule d'un autre à venir? Aura t- il un déclic un jour, que ses peurs se déliteront, rassuré de ce qui lui est possible de vivre avec moi? Je ne sais absolument rien et ça m'est égal. Il y a tellement d'expériences chaque jour à vivre et de toute façon, il y a toujours quelque part quelqu'un à aimer, quelqu'un prêt à nous aimer.

Condensé des conversations avec ceux qui m'interrogent sur cette rencontre. J'en ai évacué les épisodes où je clamais une décision arrêtée par ras- le- bol ou constat parce qu'elles étaient complètement remises en question dans la foulée par un appel, un échange surprenant et vivant rappelant combien, après de longs silences, la joie de se connaître revient en force.

Mon garçon, peu loquace habituellement sur ma vie personnelle lance de temps en temps: « Je ne vois vraiment pas où est le problème, vous êtes faits l'un pour l'autre, c'est évident. Le reste n'est dû qu'aux circonstances, avec cet emploi, ce n'est pas facile pour lui, ne sois pas si dure, Maman! Ce serait trop con de passer à côté de ça maintenant que vous vous êtes trouvés ». Tu es mignon mon garçon, c'est que quelque soient nos âges, nous avons tous à apprendre. Comme je ne comprends rien à ces histoires d'amour, de couple, d'engagement et compagnie, j'ai besoin de prendre le temps de mettre un soin particulier à la notion de relation.

 

Fin mars, je me suis retrouvée devant un ostéopathe pratiquant l'éthiomédecine. Colette, médecin, généraliste hors compétition avait insisté pour que j'y aille et le hasard par quelqu'un d'autre m'y conduisit. Je ne rentre pas dans les détails, j'argumente le contexte précédemment évoqué.

C'était en pleine auscultation- traitement, il me parlait alors que j'eus préféré qu'il se contentât de faire ses manipulations ( je raconterai peut- être plus tard, c'est en relation avec Devic):

- Je ne vous écoute pas, je pense à mon fils

- Ah bon, comment ça?

-Il me dit souvent que je suis trop dure

- Avec lui?

- Non, avec les hommes en général

- Ah, et vous en pensez quoi vous des hommes?

- Pfff! De nos jours, ils ont tous peurs et ne veulent pas s'engager.

- Ouai ouai, ça, c'est votre tête qui parle, votre cœur me dit autre chose.

- Quoi?! Et qu'est- ce qu'il vous dit, MON cœur?, j'étais offusquée

- Que vous aimeriez avoir un homme qui vous fasse des câlins et non pas qu'il s'engage mais qu'il S'IMPLIQUE dans la relation. Et vous n'avez pas besoin des hommes, un seul suffit... et laisse -lui le temps de s'impliquer.

 La différence entre engagement et implication me fut particulièrement éclairante car oui, sincèrement, l'engagement, ça me gonfle. Agir ou décider parce qu'on pense que c'est comme ça qu'il faut faire sous prétexte de je ne sais quelle obligation ou représentations, non merci! Je me barre immédiatement. Quant à ce que ce thérapeute a senti au fond de moi, par delà ma tête, je lui donné de la place et je l'ai écouté. Je sais que cela est. Et plutôt que de me casser la tête inutilement, je retourne à mes dents. Elles bougent, la thérapie avance et il est fort probable qu'en parallèle de cette transformation de bouche, bien des éléments se mette- ro- nt en place: le chéri, lointain, à venir, identique ou différent et moi. En attendant, ma foi, la vie continue et je deviens moins stupide, du moins je l'espère.

 

Youpi! Je crois en avoir fini avec ce bazar, je me réjouis de vous raconter d'autres trucs bien plus drôles. Je vous réserve plus d'une surprise.

commentaires

A Propos D'ici

  • : Chez fée des agrumes
  • Chez  fée des agrumes
  • : Partager créations, expériences et réflexions.
  • Contact

Au passage(r)

Pour une  première visite au sujet de la maladie de Devic, je vous invite à commencer par les plus anciens articles de cette catégorie, ce sera plus facile.

Rechercher

Livre d'or

A vous qui passez, accidentellement, ponctuellement, habituellement, je dédie cet espace.

Courageux lecteurs que j’admire parce que mes textes n’ont rien de consommable laissez ici,  si l’envie vous en prend, une trace de vous, plus que bienvenue, jalon sur la toile des possibles de nos vies entrecroisées ou parallèles.

Livre d’or en pont entre nous (Cliquez sur l’image)

pont

 

 

 

Pour me contacter, témoigner

feedesagrumesarobaseaol.com

Forum ouvert à tous consacré entièrement à la maladie de Devic:  http://vivre-avec-devic.exprimetoi.net

A créer des liens, nous sommes moins seuls dans cette maladie rare.

En musique si vous le voulez

Anti spoliation

J'ai déposé mes textes, images -oeuvres quelque part par là pour ne pas être volée de ma moelle créative ( et c'est de circonstance mince alors)